Le droit de blasphémer est vide de sens sans le droit de publier

Charlie Hebdo Should Be Veiled

Ma réponse à de nombreuses personnes qui préconisent « essentiellement l’autocensure » est que tandis qu’en général il est en effet poli de s’abstenir d’attaques brutes sur des croyances religieuses des gens, la politesse ne peut jamais être exigée au point d’une arme à feu.  Les illustrateurs de bandes dessinées à Charlie Hebdo n’étaient pas polis. Ils ont cru au blasphème comme un point positif. Même dans mon pays où le blasphème contre la foi Fondamentaliste Chrétienne est puni (d’habitude d’une façon informelle, mais souvent très durement et parfois tout à fait violemment), il y a toujours un droit absolu de publier.  Assassiner ces artistes en menaçant chacun qui blasphème contre l’Islam détruit ce droit.

Je ne suis personnellement pas un fan de Charlie Hebdo.  Au fil des ans, j’ai vu un certain nombre de leurs couvertures, surtout parce qu’Arun Kapil postait fréquemment les plus controversés sur son site Web.  J’ai acheté une édition l’année dernière, l’ai feuilletée et ne l’ai pas aimée. J’ai écrit au sujet de certaines des couvertures et j’ai été critique d’eux pour être offensif de manière injustifiée.  Ce qui est différent maintenant est que les islamistes ont assassiné ces réalisateurs de dessins animés et ont menacé des journalistes et d’autres qui violent leur vision d’Islam.
Toutes les couvertures traitant la Religion étaient offensives. Certains d’entre ceux raillant l’Islam étaient gratuitement offensifs.  Mais beaucoup d’autres, tandis qu’également offensifs, font des points extrêmement valables par la satire et étaient effectifs qu’un simple article ne pouvait jamais être. « Une image vaut mille mots »

Le blasphème est intégral à la satire.  Il est simplement impossible de railler une personne sans délit généreux.  Il est impossible de railler une religion ou un chef religieux sans injurier.

Cela me semble donc clair que c’est une réponse aux menaces de meurtre contre le blasphème qui n’inclut pas plus de blasphèmes au mépris des menaces n’est aucune défense du tout.  Ce qui compte est le droit de publier le blasphème. S’il existe seulement dans le résumé et avec la compréhension tacite que le droit ne sera pas jamais exercé, alors il n’existe vraiment pas du tout et nous vivrons dans une société dans laquelle les islamistes sont responsables.

Georges Wolinski

5 juillet 2001---George Wolinski avec sa femme Maryse-- Image par © Eric Fougere/Kipa/Corbis
5 juillet 2001—George Wolinski avec sa femme Maryse– Image par © Eric Fougere/Kipa/Corbis

J’ai passé beaucoup d’heures agréables luttant pour comprendre les bandes dessinees de Wolinski. Quand j’ai commencé à apprendre le français, tout le monde m’a dit de commencer à lire le Paris Match. Dans ce magazine, j’ai vu les dessins animés qui étaient étranges, fascinants et ont semblé être très simples. J’ai pensé que j’ai dû seulement traduire les mots pour voir la signification. Beaucoup de ces caricatures dans des endroits autres que Paris Match ont été assez sexuellement sophistiquées. Mais donc souvent la signification était plus profonde et plus puissante qu’apparue au premier coup d’oeil.

Les bandes dessinees de Wolinski étaient souvent farceurs. Il a offert un point de vue aigri du monde, pourtant d’une façon ou d’une autre tout à fait optimiste et sympathique. Sa langue était toujours prudente, intelligente et uniquement le français. Pour moi, Georges Wolinski était le Georges Brassens de réalisateurs de bandes dessinées. Je ne pourrai jamais lire une autre édition de Paris Match sans me sentir triste.

Voici un hommage à la vie de Georges Wolinski sur le site Web de Paris Match.

Je suis charlie

Je-suis-Charlie

Je soupçonne que les répercussions de cette barbarie auront potentiellement une grande signification bien au-delà des morts tragiques des individus qui ont été abattus aujourd’hui. Même maintenant, les gens parlent de comment cette tragédie améliorera les chances du FN de prendre le pouvoir. Si ces tueurs apparaissent dans, disons, les parties ISIS-contrôlées de l’Irak ou la Syrie les implications pour la société française seront profondes et très inquiétantes.

Je veux discuter un aspect significatif de cette tragédie. Clairement, ça n’a pas été destiné comme « une mission suicide ». Les tueurs ont voulu s’échapper avec leurs vies et semblent avoir fait des plans d’avance, cependant imparfaits, pour faire ainsi.   La question critique pour la France est s’ils ont des complices parmi les Français.

Mao Zedong a une fois dit que le guérillero doit se déplacer parmi les gens comme un poisson nage dans la mer. Comme sa déclaration implique, sans au moins un certain niveau de support des gens d’une communauté particulière, c’est difficile et peut-être impossible pour des révolutionnaires ou des terroristes ou des criminels même ordinaires de se cacher de la police avec succès.

Je pense que nous devons être honnêtes avec nous. Le soupçon naturel est que les tueurs sont Beurs. Ils seront disparus dans la communauté Musulmane dans la communauté de France qui est fréquemment traitée comme étant en France, mais pas de la France ? Nous pouvons nous disputer de si c’est une catégorisation juste (et comme un avocat pour l’intégration, je pense que c’est déloyal pour une variété de raisons) mais je ne vois pas comment la question peut être évitée.

Certainement, la planification de cette opération a eu besoin d’au moins un certain degré de concession parmi plus qu’une poignée des gens vivant en France. À ce point, il doit y avoir beaucoup de personnes en France qui savent ou soupçonnent l’identité des tueurs. Leur évasion de la France exigera support actif de quelques personnes là et l’empressement de rester silencieuse d’un beaucoup plus grand groupe. C’est la signification de l’axiome de Mao.

Ces tueurs aiment-ils un niveau de support en France? En supposant qu’ils se cachent dans la communauté Musulmane, la question est cette communauté choisira d’abriter les tueurs comme ils, vraisemblablement, laisseront la France pour un pays où ils seront accueillis comme des héros? Ou est-ce le dégoût à cette barbarie parmi des Musulmans français ordinaires (et qui semble lentement encastrer certes peut-être les parties non représentatives des médias de Beur à auquel j’ai été adressé par des amis) qui signifient que les tueurs seront rapidement identifiés et livrés à la police?

Maintenant nous verrons la réaction de la communauté Musulmane en France. Montreront-ils de la solidarité avec les victimes? La direction des musulmans en France va-t-elle se prononcer pour condamner cette attaque? Aideront-ils à identifier et capturer ces barbares?

Je crois que la majorité des Français regardera pour voir si les musulmans français sont simplement des gens qui partagent un espace physique avec le français et qui resteront toujours des communautés séparées. C’est un moment important. Vrai ou faux, juste ou injuste, ma lecture des médias français (et mon propre coeur) me dit que ceci sera un test.

MISES À JOUR #1:

La Grande Mosquée de Paris a publié une déclaration très forte condamnant les attaques.

En outre, un développement dont la signification ne peut être sous-estimée : L’Union des Organisations Islamiques de France, qui est une fédération regroupant plus de 250 associations musulmanes en France, très conservatrice, a publié une condamnation même plus fortement exprimée de l’attaque dans laquelle ils ont appelé tous les musulmans français à montrer leur solidarité avec les victimes et la déclaration qu’ils avaient eux-mêmes marché au pas dans un de nombreuses manifs pour montrer leur rejet des attaquants et leur solidarité avec ceux qui ont été assassinés.

MISES À JOUR #2:

Je voudrais adresser l’attention à cette déclaration très forte par Hassan Chalghoumi, un imam dans la banlieue de Paris de Drancy, qui a visité la scène du crime et est publié une condamnation très forte et extrêmement me déplaçant des attaques.

Voter c’est choisir, aussi : ma réponse a l’appel à l’unité par Christophe Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis. Image by © Zaer Belkalaï/Demotix/Corbis
Jean-Christophe Cambadélis. Image by © Zaer Belkalaï/Demotix/Corbis

Sur son blog excellent « French Politics, » Art Goldhammer a un certain commentaire perspicace de la réaction bizarrement détachée de François Hollande à la révolte croissante dans son parti et aussi à la crise économique continue. Cela vaut bien la peine de le lire. Mais il attire aussi l’attention à un appel remarquable à l’unité du Parti socialiste par Jean-Christophe Cambadélis à qui je voudrais brièvement répondre.

Goldhammer observe comme il est plus facile d’être uni en opposition et comme il est très difficile d’aplanir les différences d’un gouvernement Socialiste qui enjambe un si large paysage politique. Ceci semble particulièrement vrai dans une avance gouvernementale par François Hollande, maintenant apparemment renaissant comme un prophète du centre droit cherchant à mener un parti de la gauche vers la « terre promise » du droit « des affaires amicales».

Mais pour moi, c’est révélateur que Cambadélis soit n’essayer pas réconcilier les fractures dans le parti. Il veut simplement que la discorde s’arrête.   Mais comme nous avons vu récemment à La Rochelle, il y a beaucoup dans le parti dont la pensée diffère tout à fait et est en grande partie antagonique aux idées de Hollande et, plus particulièrement, les idées politiques de Manuel Valls.  Cambadélis dit-il qu’il est sans importance si la politique soutenue par Aubry ou le boniment de droite de Valls devaient régner en maître absolu dans le parti? Mais non, la discorde dans le parti peut être résolue seulement par un choix clair de la voie à suivre.

C’est le défaut en chef de l’appel de l’unité par Cambadélis. Une réclamation de l’unité qui ne décrit aussi pas les gens et les principes autour d’esquels la gauche devrait s’unir est creuse et vide de sens. Pour emprunter les paroles de Art Goldhammer, l’unité pour l’unité est seulement possible quand aucun choix difficile n’est exigé. Ce n’est pas la situation qui confronte le PS aujourd’hui.

Le PS est dans le gouvernement et la maxime de la Pierre Mendés France s’applique avec la force brutale. Gouverner, C’est Choisir.  Mais également, je dirais tous aussi que voter, c’est choisir. Autrement dit, le PS devrait-il être un parti de centre droit ou de centre gauche? Cambadélis ne reconnaît même pas le débat, mais, sûrement, il est au coeur de la discorde qu’il condamne.

Je ne veux pas choisir Cambadélis pour la critique injustement ou réduire un homme fortement respecté de gauche à une caricature mais je suis stupéfié qu’il semble stupéfié que les électeurs qui l’ont élu pourraient, de manière choquante, se soucier de ce que leur gouvernement fait. Il semble étonné que les électeurs ont des croyances politiques à eux qu’ils espèrent seront avancés en votant pour les candidats du parti qui reflète le mieux leurs croyances.

Il semble qu’aujourd’hui seulement les électeurs ont des buts de croyances politiques qu’ils cherchent à réaliser ou des croyances sur lesquelles ils sont préparés pour agir.   Je pense que c’est la supposition que les croyances politiques sont importantes qui sépare les électeurs – qui sont des partisans à cause de leurs croyances – de la classe politique dont les préoccupations principales semblent être de garder les petits bénéfices de bureau comme des gardes du corps, de bonnes automobiles et l’entrée à nouveau Versailles. Néanmoins, c’est cet échec de reconnaître que les choix politiques et des politiques comptent authentiquement pour la plupart des électeurs qui ouvrent peut-être une fenêtre dans l’âme des classes politiques et exposent un vide qui est au coeur de ce qui ne va pas avec la France aujourd’hui.

Ainsi, l’erreur de Cambadélis est son échec à reconnaître que l’idéologie est la cause première de la discorde dans le PS. Hollande évidemment souhaite repositionner le PS comme un parti du centre droit, avec un héritier présomptif dans Valls qui essayera de le déplacer même plus à droite quand son temps vient. Est-ce vraiment surprenant que la plupart des électeurs du PS-qui soient dans un spectre idéologique qui s’étend du centre gauche au gauche – veulent se rallier autour de Hollande et Valls?

Réaffirmer, ce qui manque à la réclamation de l’unité de Cambadélis est n’importe quelle reconnaissance de la notion que la matière d’idées, que les gens peuvent tenir des croyances politiques véritables que le Parti socialiste signifie certaines idées importantes et principes. Depuis, vraisemblablement, la plupart des électeurs de PS sont confortablement dans ce centre gauche pour laisser le spectre, n’est pas cela probablement qu’ils n’auraient besoin d’aucune forte envie pour venir en aide à un gouvernement qui cherchait à mettre en oeuvre une philosophie politique dans laquelle ils croient? Pourtant ils ne se rallient pas pour supporter le gouvernement de Hollande; au contraire, beaucoup sont dans la révolte de plus en plus ouverte contre cela et justement ainsi.

Pour se répéter, cette centralité de croyances politiques semble être le point critique qui manque à Cambadélis. Les électeurs du PS et beaucoup de leaders de parti ne peuvent pas s’unir autour de Hollande parce que ses croyances et ses actions sont anathèmes pour eux. La gauche ne veut pas lutter et se sacrifier pour mettre en oeuvre l’ordre du jour du droit. Unifier le parti n’exigera rien moins que la nouvelle direction qui a le support de l’adhésion et une promesse de mettre en oeuvre un nouveau manifeste pour « un socialisme du possible ».

Sarkozy contre Juppé

4 juillet 2011, Paris, France. Ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé et l’ancien Président français Nicolas Sarkozy. © Neil Marchand/Liewig Media Sports/Corbis
4 juillet 2011, Paris, France. Ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé et l’ancien Président français Nicolas Sarkozy. © Neil Marchand/Liewig Media Sports/Corbis

Sur son blog, Art Goldhammer attire l’attention sur la lutte pour le pouvoir dans l’UMP. Voici ma pensée: coûte que coûte, Nicolas Sarkozy sera probablement le candidat de l’UMP, qui, à son tour, sera presque certainement le parti politique dominant dans l’élection 2017. Il vrai que Sarkozy a été en haut et en bas dans les sondages, mais cela apparaîtrait que ses loyalistes auraient le contrôle ferme de l’appareil de parti, qui, à son tour, suggère que Sarkozy ait un pouce gras sur la balance pendant n’importe quel tri de primaire ouverte contre Juppé. C’est un principe simple: pour paraphraser Staline, Celui qui fait la loi sera la loi.

Quant à celui supposé languissant pour la direction centriste qu’il soit revendiqué propulsera Juppé en avant – il n’existe pas. J’ai dit plusieurs fois auparavant, si le français avait l’appétit pour le centrisme, François Bayrou serait le président et le Mouvement Démocrate serait dominant partout en France.

En tout cas, où sera le centre de politique française pour les présidentielles 2017 et qui l’occupera? À l’heure actuelle, Juppé n’a aucune organisation pour exécuter une campagne indépendante et aussi il a une ardoise extraordinairement blanche pour un homme avec une durée de vie dans la politique – avec, bien sûr, l’exception notable de ses propositions désastreuses de 1995. Il n’y a personne occupant la gauche et Bayrou, l’homme qui a occupé le centre précédemment, semble étrangement inerte. Pire, il n’y a autant qu’un petit morceau d’espace entre les candidats éventuels à part Le Pen sur l’Europe ou l’économie – tous sont totalement commis à l’austérité et à laisser la dépression suivre son cours.   Autrement dit, au moins sur les questions importantes, tous les candidats sont essentiellement Sarkozy. En effet, la France a essentiellement souffert par le deuxième terme de Sarkozy et parce que ni Juppé ni n’importe quel candidat éventuel n’offrent rien de mieux en 2017, il est tragiquement condamné pour subir son troisième terme si quelqu’un, mais des victoires de Le Pen. C’est destiné à être une élection sans bon résultat pour la France.

Quant à si Le Pen peut gagner: j’ai dit à plusieurs reprises que je crois qu’elle peut gagner et j’ai expliqué pourquoi.   À l’heure actuelle, Le Pen est un « espace réservé » pour « l’Europe » qui, à son tour, est un «espace réservé » pour la philosophie économique dominante d’austérité et de liquidationisme. Quand Le Pen râle contre « l’Europe, » elle offre implicitement quelque chose aux électeurs que chaque sondage montre qu’ils veulent: une fin à austérité, la création d’un front contre l’Allemagne, la protection de retraites des gens et ainsi de suite. Normalement, tous ceux-ci seraient les promesses du Parti socialiste, mais ce ne sont inexplicablement plus le cas. Par conséquent, Le Pen est libre de braconner parmi la gauche et le centre.

La philosophie dominante semble être que tout le monde rivalise seulement pour les votes des électeurs de droite en partie parce que la gauche est déclassée et en disgrâce avec les intérêts qui financent maintenant toutes les campagnes politiques en offrant la promesse de retraites pépères pour la classe politique et parce que la gauche (qui a besoin du gouvernement pour fonctionner et fournir des services aux gens) n’aura aucun choix pour voter pour la moins mauvaise alternative.

En même temps, la sagesse dominante est qu’un candidat peut naviguer près du droit comme lui ou elle souhaitent parce que les électeurs du droit comprennent que leur premier choix, Le Pen, ne peut pas gagner, ainsi ils se contenteront de ce qui se plie à eux le plus. C’était l’attraction toujours de Copé et je crois que ceci était la droitisation de Sarkozy sous-jacente de logique en 2012. Mais c’est une stratégie qui peut impliquer des ennuis parce que si les gens du droit voient que Le Pen est au second tour contre un homme du droit, quelle motivation doivent-ils voter pour leur deuxième choix? Aucun – Ils voteront uniformément pour elle.

En fin de compte, alors, cela donne la suprématie de Le Pen à droite et la capacité de faire des percées significatives sur les électeurs de gauche, beaucoup de ce qui devra trouver des nouvelles maisons politiques depuis il n’y aura apparemment aucun candidat authentique de la concurrence de la gauche. Un appel au nationalisme français lui permettra peut-être de gagner un peu de support parmi les gaullistes qui la considèrent autrement comme l’anathème. Cela ressemble à une majorité potentielle. Alors pourquoi elle ne peut pas gagner?

« La-mort-aux-Juifs » ?

La mort aux juifs, france
La mort aux juifs, france

Arun Kapil a commenté la controverse sur la minuscule en France qui est nommée « La-mort-aux-Juifs ». Il pense que c’est une tempête dans un verre d’eau et je suis d’accord. Mais, la controverse de côté, c’est un nom bizarre et je suis curieux à ce sujet et quel est le sens. Il est relie à un excellent article de la controverse dans Marianne qui vaut la lecture.

C’est un grave euphémisme de dire qu’une personne comme moi qui se bat encore pour commander le dîner en français n’est pas la bonne personne pour faire une traduction. Néanmoins, l’utilisation de tirets et l’article défini « la » il me semblait que le nom signifie «l’endroit où les juifs sont morts ». Mais je dois avouer que, même après avoir lu l’article dans Marianne (ce qui est suggéré par l’interprétation), je ne suis vraiment pas sûr de ce que cela signifie en français et donc je suis doublement perplexe sur la façon dont cela devrait être traduit en anglais. J’espère qu’un immortel ou peut-être un éditeur du journal Le Monde se prononcera définitivement.

Cependant, c’est une bonne occasion de rappeler à mes lecteurs sur un de mes blogs préférés sur la vie en France. Il est appelé « Frogsmoke« . Entre autres choses, le blog recueille des noms inhabituels et répugnants de place ou de lieux français. Il est la plupart du temps en anglais et je le recommanderais grandement.