Sarkozy contre Juppé

4 juillet 2011, Paris, France. Ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé et l’ancien Président français Nicolas Sarkozy. © Neil Marchand/Liewig Media Sports/Corbis
4 juillet 2011, Paris, France. Ancien ministre des affaires étrangères Alain Juppé et l’ancien Président français Nicolas Sarkozy. © Neil Marchand/Liewig Media Sports/Corbis

Sur son blog, Art Goldhammer attire l’attention sur la lutte pour le pouvoir dans l’UMP. Voici ma pensée: coûte que coûte, Nicolas Sarkozy sera probablement le candidat de l’UMP, qui, à son tour, sera presque certainement le parti politique dominant dans l’élection 2017. Il vrai que Sarkozy a été en haut et en bas dans les sondages, mais cela apparaîtrait que ses loyalistes auraient le contrôle ferme de l’appareil de parti, qui, à son tour, suggère que Sarkozy ait un pouce gras sur la balance pendant n’importe quel tri de primaire ouverte contre Juppé. C’est un principe simple: pour paraphraser Staline, Celui qui fait la loi sera la loi.

Quant à celui supposé languissant pour la direction centriste qu’il soit revendiqué propulsera Juppé en avant – il n’existe pas. J’ai dit plusieurs fois auparavant, si le français avait l’appétit pour le centrisme, François Bayrou serait le président et le Mouvement Démocrate serait dominant partout en France.

En tout cas, où sera le centre de politique française pour les présidentielles 2017 et qui l’occupera? À l’heure actuelle, Juppé n’a aucune organisation pour exécuter une campagne indépendante et aussi il a une ardoise extraordinairement blanche pour un homme avec une durée de vie dans la politique – avec, bien sûr, l’exception notable de ses propositions désastreuses de 1995. Il n’y a personne occupant la gauche et Bayrou, l’homme qui a occupé le centre précédemment, semble étrangement inerte. Pire, il n’y a autant qu’un petit morceau d’espace entre les candidats éventuels à part Le Pen sur l’Europe ou l’économie – tous sont totalement commis à l’austérité et à laisser la dépression suivre son cours.   Autrement dit, au moins sur les questions importantes, tous les candidats sont essentiellement Sarkozy. En effet, la France a essentiellement souffert par le deuxième terme de Sarkozy et parce que ni Juppé ni n’importe quel candidat éventuel n’offrent rien de mieux en 2017, il est tragiquement condamné pour subir son troisième terme si quelqu’un, mais des victoires de Le Pen. C’est destiné à être une élection sans bon résultat pour la France.

Quant à si Le Pen peut gagner: j’ai dit à plusieurs reprises que je crois qu’elle peut gagner et j’ai expliqué pourquoi.   À l’heure actuelle, Le Pen est un « espace réservé » pour « l’Europe » qui, à son tour, est un «espace réservé » pour la philosophie économique dominante d’austérité et de liquidationisme. Quand Le Pen râle contre « l’Europe, » elle offre implicitement quelque chose aux électeurs que chaque sondage montre qu’ils veulent: une fin à austérité, la création d’un front contre l’Allemagne, la protection de retraites des gens et ainsi de suite. Normalement, tous ceux-ci seraient les promesses du Parti socialiste, mais ce ne sont inexplicablement plus le cas. Par conséquent, Le Pen est libre de braconner parmi la gauche et le centre.

La philosophie dominante semble être que tout le monde rivalise seulement pour les votes des électeurs de droite en partie parce que la gauche est déclassée et en disgrâce avec les intérêts qui financent maintenant toutes les campagnes politiques en offrant la promesse de retraites pépères pour la classe politique et parce que la gauche (qui a besoin du gouvernement pour fonctionner et fournir des services aux gens) n’aura aucun choix pour voter pour la moins mauvaise alternative.

En même temps, la sagesse dominante est qu’un candidat peut naviguer près du droit comme lui ou elle souhaitent parce que les électeurs du droit comprennent que leur premier choix, Le Pen, ne peut pas gagner, ainsi ils se contenteront de ce qui se plie à eux le plus. C’était l’attraction toujours de Copé et je crois que ceci était la droitisation de Sarkozy sous-jacente de logique en 2012. Mais c’est une stratégie qui peut impliquer des ennuis parce que si les gens du droit voient que Le Pen est au second tour contre un homme du droit, quelle motivation doivent-ils voter pour leur deuxième choix? Aucun – Ils voteront uniformément pour elle.

En fin de compte, alors, cela donne la suprématie de Le Pen à droite et la capacité de faire des percées significatives sur les électeurs de gauche, beaucoup de ce qui devra trouver des nouvelles maisons politiques depuis il n’y aura apparemment aucun candidat authentique de la concurrence de la gauche. Un appel au nationalisme français lui permettra peut-être de gagner un peu de support parmi les gaullistes qui la considèrent autrement comme l’anathème. Cela ressemble à une majorité potentielle. Alors pourquoi elle ne peut pas gagner?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s