Le droit de blasphémer est vide de sens sans le droit de publier

Charlie Hebdo Should Be Veiled

Ma réponse à de nombreuses personnes qui préconisent « essentiellement l’autocensure » est que tandis qu’en général il est en effet poli de s’abstenir d’attaques brutes sur des croyances religieuses des gens, la politesse ne peut jamais être exigée au point d’une arme à feu.  Les illustrateurs de bandes dessinées à Charlie Hebdo n’étaient pas polis. Ils ont cru au blasphème comme un point positif. Même dans mon pays où le blasphème contre la foi Fondamentaliste Chrétienne est puni (d’habitude d’une façon informelle, mais souvent très durement et parfois tout à fait violemment), il y a toujours un droit absolu de publier.  Assassiner ces artistes en menaçant chacun qui blasphème contre l’Islam détruit ce droit.

Je ne suis personnellement pas un fan de Charlie Hebdo.  Au fil des ans, j’ai vu un certain nombre de leurs couvertures, surtout parce qu’Arun Kapil postait fréquemment les plus controversés sur son site Web.  J’ai acheté une édition l’année dernière, l’ai feuilletée et ne l’ai pas aimée. J’ai écrit au sujet de certaines des couvertures et j’ai été critique d’eux pour être offensif de manière injustifiée.  Ce qui est différent maintenant est que les islamistes ont assassiné ces réalisateurs de dessins animés et ont menacé des journalistes et d’autres qui violent leur vision d’Islam.
Toutes les couvertures traitant la Religion étaient offensives. Certains d’entre ceux raillant l’Islam étaient gratuitement offensifs.  Mais beaucoup d’autres, tandis qu’également offensifs, font des points extrêmement valables par la satire et étaient effectifs qu’un simple article ne pouvait jamais être. « Une image vaut mille mots »

Le blasphème est intégral à la satire.  Il est simplement impossible de railler une personne sans délit généreux.  Il est impossible de railler une religion ou un chef religieux sans injurier.

Cela me semble donc clair que c’est une réponse aux menaces de meurtre contre le blasphème qui n’inclut pas plus de blasphèmes au mépris des menaces n’est aucune défense du tout.  Ce qui compte est le droit de publier le blasphème. S’il existe seulement dans le résumé et avec la compréhension tacite que le droit ne sera pas jamais exercé, alors il n’existe vraiment pas du tout et nous vivrons dans une société dans laquelle les islamistes sont responsables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s