Qui profite plus le plus des mensonges de Taubira?

Ministre de la Justice Christiane Taubira et ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 26 Novembre 2012. © PIERRE MURATI / Reuters / Corbis
Ministre de la Justice Christiane Taubira et ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le 26 Novembre 2012. © PIERRE MURATI / Reuters / Corbis

Sur son excellent blog « French Politics » Art Goldhammer fournit une analyse et d’excellentes liaisons pour expliquer le scandale mineur du mensonge de Christiane Taubira d’avoir été informée de l’écoute électronique de Sarkozy par la police. Il conclut que le seul gagnant est MLP et le FN. Pour moi, je pense que ce n’est que partiellement vrai. Même si je suis d’accord que le FN va profiter du propre but de Taubira, je pense que le principal gagnant sera Sarkozy.

Ce n’est certainement pas une preuve de plus, s’il en était besoin, que Hollande et ses ministres sont (comme on dit en Amérique) un « spectacle de clowns ». Taubira, en particulier, est une idiote. Sûrement une simple déclaration qu’il serait inapproprié pour le ministre de la Justice de parler de l’enquête en cours aurait suffi.  Si elle voulait dire plus, peut-être « la plume » récemment engagée par Hollande, Monsieur Evil, aurait conçu quelque chose le long des lignes de « oui, en tant que ministre de la Justice, on m’a parlé de l’existence de ces écoutes téléphoniques. Naturellement, je n’ai pas parlé de leur contenu ou interféré dans l’enquête en aucune façon. C’est une affaire sérieuse qui transcende toutes les questions de la politique, en la matière de mon devoir est de la France et la politique ne doit jamais interférer ». Une telle déclaration aurait certainement suffi. Mais non. Taubira a menti, comme l’ont fait d’autres dans l’administration Hollande. Pour aucune bonne raison que je peux voir.

Pour être certain, Hollande et sa bande de clowns sont de plus en plus discréditées et, en effet, M. Goldhammer a raison que le FN en profitera, mais probablement pas beaucoup. Pour moi, je pense que Sarkozy est le grand gagnant. Il y aura une controverse sur la légitimité de l’enquête judiciaire indépendante. Profondément enfonce dans ce qui semble être des crimes graves et, de fait, des crimes contre l’ État lui-même comme la corruption apparente d’un juge sera brouillée. Donc, Sarkozy est peut-être un peu mieux politiquement qu’auparavant Taubira a menti.

En ce qui concerne l’effet sur le PS . Cette affaire n’aura probablement pas d’ effet sur le PS . Ils ont déjà touché le fond . Franchement , je pense qu’il est très peu, peut-être rien, que la direction du PS pourrait faire pour se réduire encore dans l’estime de la population française. En fin de compte un second mandat pour Hollande dépendra entièrement de lui étant le moindre mal dans le choix binaire forcé du second tour (en supposant qu’il arrive au deuxième tour, qui est tous les jours semble de plus en plus aléatoire ).

Mon évaluation est que MLP est le seul adversaire concevable qu’il pourrait être en mesure de battre et seulement si le FN reste donc inacceptable que Hollande peut devenir le bénéficiaire d’un autre front républicain comme ce fut le cas en 2002 . S’il n’y a pas front républicain , Hollande sera probablement battue par MLP au second tour . Ce serait si catastrophique pour la France que je ne comprends pas pourquoi Hollande et ses principaux ministres ne quittent pas la vie publique et permettent au PS de choisir un meilleur candidat pour représenter la gauche .

Car, MLP , je pense que c’est en fait un « match nul ».  D’une part, plus l’incompétence et la promotion de l’austérité par Hollande va rebondir fortement en sa faveur. De même, toute la confusion et les luttes intestines dans les autres partis ne peuvent augmenter la volonté des électeurs de prendre une chance sur le FN parce qu’il est, inexplicablement, le seul grand parti politique dont les politiques économiques ne sont pas fondées sur liquidationism. Prendre la France de l’ euro n’est pas seulement une bonne idée, mais gagne en popularité.

D’autre part, selon la façon dont il se positionne avant le premier tour , je pense que Sarkozy est clairement l’adversaire le plus redoutable contre MLP au second tour . Il pourrait sans doute commencer à faire amende honorable pour légitimer le FN et élargir son soutien en promettant son soutien à un front républicain quand il annonce sa candidature. Il a le plus d’espace pour courir à la gauche, comme seul Nixon a pu aller en Chine. Si l’UMP arrive au deuxième tour, c’est le moindre mal parmi un mauvais gang.

Il est étonnant que nous n’ayons pas eu une révolte sérieuse entre les racines du PS et la deuxième direction de palier . Comment un parti de gauche peut prendre l’avertissement de Mellon à  «liquider travail , liquider les stocks , liquider les agriculteurs, liquider l’immobilier …» comme un modèle pour ses politiques économiques dans un moment de dépression ?

Hollande se fiche de tout comme de l’an 40 !

Corbis 42 34096844
Affiche électorale du président candidat François Hollande à Strasbourg 27 Avril 2012 (© Francis Dean/Corbis)

Arthur Goldhammer fait des remarques sur le visite très curieuse de Peter Hartz (l’architecte des réformes Hartz en Allemagne, que certains créditent pour une forte performance économique de l’Allemagne) avec François Hollande à L’Élysée.  Alors, L’Élysée nie que Hartz est un «conseiller» de Hollande, mais admet que le président ne le rencontre « à la demande de Hartz. »  En tout cas, la rencontre avec Peter Hartz soulève un certain nombre de points sur le «pacte de responsabilité » que je pense sont dignes de mention.

Tout d’abord, la participation de Peter Hartz évoque une différence critique déjà présente entre les « réformes Hartz » de l’Allemagne et le « pacte de responsabilité » de Hollande de France. Je tiens à faire remarquer que, bien que les réformes économiques allemandes représentent sans aucun doute pour certains la prospérité actuelle de ce pays, le consensus et de compromis qui sont des éléments essentiels de ces réformes ne sont nulle part pour être trouvées dans la proposition de Hollande. Notez que Hollande n’a pas dit que si les patrons acceptent de faire ceci ou cela, je vais demander aux ouvriers et aux classes moyennes qu’ils acceptent tel ou tel en retour. Au contraire, il a commencé par dire qu’il donnerait aux patrons des allégements fiscaux, des subventions et des incitations tout apparemment sans rien demander d’eux en retour. Seuls les ouvriers et les classes moyennes seront appelés à se sacrifier pour le bien commun et toutes les négociations futures seront donc à quel point un sacrifice sera exigé que Hollande a laissé entendre qu’ils ne recevront rien du pacte de responsabilité, sauf les avantages des petites miettes.  Ce n’est pas un pacte de responsabilité. Il s’agit d’une commande que tout le monde sauf les ploutocrates et la classe politique doit se laisser sur son épée. Encore plus étonnant, c’est que c’est la proposition du président du Parti socialiste.

Deuxièmement,  pourquoi devrions-nous nous inquiéter de ces réformes maintenant ?  Pour être sûrs, ceux-ci pourraient être d’excellents politiques dans l’abstrait, peut-être même des choses que la France peut souhaiter en effet d’adopter à un moment donné dans l’avenir . Les propositions de Hollande sont , cependant, une des réponses complètement folles à la crise économique actuelle . Nous sommes au milieu d’une dépression. Nous souffrons d’ un manque aigu de la demande. Le FMI vient avertir que l’Europe est en danger d’entrer dans une spirale déflationniste ! Le bon sens voudrait une immédiate, relance massive et non l’austérité.

Sérieusement, est-ce vraiment le meilleur moment dans le temps pour résoudre les problèmes à long terme de l’économie française ? La France est aujourd’hui au milieu d’une crise économique qui rivalise et on dirait qui va bientôt dépasser la Grande Dépression des années 1930 . Tant de gens sont au chômage, l’économie se développe en spirales vers le bas, le tissu social de l’Europe est en train de démêler et les vieux démons sont réveillés. Ne devrions-nous pas répondre à ces besoins immédiats tout de suite?

Oui, c’est vrai que la France a des problèmes économiques à long terme, mais il est également clair que le «pacte de responsabilité » n’aura aucun effet sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés depuis de nombreuses années. Ce qui est nécessaire à l’heure actuelle est de stimuler la croissance économique et offrir à la population l’espoir d’un meilleur avenir. En outre, ce qui doit être fait maintenant pour sauver la France du désastre économique et social n’exclut pas les réformes à venir le long des lignes des réformes Hartz après que nous sommes sortis de cette dépression.  Comme Douglas Elmendorf, le directeur du Bureau du budget du Congrès américain, a observé: «Il n’y a pas de contradiction intrinsèque entre des mesures de relance budgétaire supplémentaires aujourd’hui, alors que le taux de chômage est élevé et de nombreux usines et bureaux sont sous-utilisés, et en imposant des restrictions budgétaires plusieurs années à partir de maintenant, lorsque la production et l’emploi seront probablement près de leur potentiel».

Encore une fois, pourquoi maintenant? Hollande est comme un homme dont la réponse à voir que sa maison est en feu est d’élaborer des plans pour remodeler au lieu de lutter contre le feu. Il traite du bien-fondé d’ajouter un autre étage, les avantages d’une cuisine moderne et s’il doit économiser en ayant ses enfants partager une chambre. Mais il ne fait rien pour éteindre le feu. Rien. C’est une réponse folle pour un feu de maison, indépendamment de l’intérêt à long terme de la rénovation proposée.

Pierre Moscovici est le Georges Brassens de novlangue.

Corbis 42 52994253

 

Une performance remarquable.  Voilà le visage du nouveau Versailles.  C’est une interview étonnante réalisée entièrement en novlangue.  L’effet est gâché légèrement par son manque de conscience de soi en mentionnant qu’il venait de rentrer de discussions sur la nécessité d’infliger plus d’austérité sur la paysannerie même temps que s’assoit à son déjeuner élégant d’agneau et de mousse au chocolat dans son élégante salle à manger privée donnant sur la Seine. Pas de bière ni de sandwichs sur un banc de parc pour lui!

 

Dans le nouveau Parti socialiste de Hollande, le bon socialiste est celui qui n’a pas honte de se déplacer en limousine et de dîner avec élégance avec la haute cuisine et de se mêler aux superriches tout en discutant de la nécessité d’imposer plus d’austérité sur les paysans. Mais ce n’est que naturel, car dans le nouveau « Parti Socialiste » on parle des mêmes mots, mais leur on attribue leur signification opposée. 

 

Dans le nouveau PS pour être un « bon socialiste » est contraire à l’état de bien-être social. Pour être un « bon socialiste » est de favoriser l’austérité et de la souffrance par le peuple pour améliorer la richesse des ploutocrates. Pour être un « bon socialiste » est de favoriser les réductions d’impôts pour les riches au détriment de la sécurité de la retraite pour les personnes. Le haut est en bas, le bas est en haut et la novlangue est le dernier cri du nouveau Versailles.

 

Vraiment, Moscovici le visage du nouveau parti français « socialiste » « L’Homme de Davos » est maintenant la nouvelle définition du socialisme. 


« Davos Man » verra le monde brûler avant de céder un pouce au peuple

 

27 janvier 2010, Thessalonique, Grèce --- policiers antiémeutes signalent l'autre dans la fumée des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation anti-gouvernement à Thessalonique le 5 septembre 2009 (© GRIGORIS SIAMIDIS / Reuters)
27 janvier 2010, Thessalonique, Grèce — policiers antiémeutes signalent l’autre dans la fumée des gaz lacrymogènes lors d’une manifestation anti-gouvernement à Thessalonique le 5 septembre 2009 (© GRIGORIS SIAMIDIS / Reuters)

Pauvre homme veut être riche, riche homme veut être roi et un roi n’est pas satisfait jusqu’à ce qu’il règne tout.

Bruce Springsteen, Badlands (1978)

 

Art Goldhammer attire l’attention sur certains nouveaux sondages très alarmants sur la situation politique en France. Par coïncidence, les sondages coïncident avec la réunion annuelle de ploutocrates et oligarques qui se plaisent en gaspillant l’argent des autres dans l’opulence de Davos, en Suisse. Chaque année, nous voyons que ces élites mondiales sont de plus en plus hors de contact avec le peuple.  Je me demande si ces sondages, qui touchent à des questions qui sont devenues des thèmes réguliers sur ce blog, entraîne « Davos Man » de reconsidérer le cours périlleux qu’il a suivi.  Quant à moi, je ne vois aucune raison d’espérer que la tendance de Davos Man à ne pas être conscients du sort des simples mortels se faiblira de sitôt, et certainement pas avant que l’Europe et l’Amérique soient en flammes.

Vraiment ce que je pense que nous voyons reflétés dans ces sondages sont les mêmes pressions pour des réformes économiques et politiques que nous avons vu construire dans le passé, par exemple, juste avant à l’époque progressiste aux États-Unis et de l’époque de la Réforme en Angleterre.  Voici des exemples des élites qui font des compromis à bon escient et parviennent à un consensus avec le peuple pour dissiper les pressions révolutionnaires qui menaçaient de déchirer leurs sociétés de l’intérieur. Les révolutions sanglantes en France et en Russie, en revanche, sont des exemples de ce qui peut arriver quand les élites sont intransigeantes et poursuivent des politiques dangereuses.

Apparemment, « Davos Man» est allègrement sans se soucier du risque que la société européenne soit dans une période prérévolutionnaire parce qu’il croit évidemment qu’il régnera suprême dans la contre-utopie Hobbesien qui serait sûrement suivi à l’effondrement de l’ état ​​de bien-être social. Peut-être, mais encore une fois , peut-être de « Davos homme » devrait être dégrisé en réfléchissant sur les rivières de sang qui ont emporté la noblesse française et russe qui se croyait  invincible.

Je pense que la montée de l’ État-providence était, en quelque sorte, quelque chose d’une alliance entre les élites et le peuple tout comme l’alliance de Dieu avec Noé (« Dieu a donné á Noé le signe de l’arc-en-ciel, pas plus d’eau le feu la prochaine fois » ).  En effet, l’Europe et l’Amérique ont évité les révolutions prévues par Karl Marx en acceptant de modérer les pires excès du laissez-faire par la réglementation et la hausse des syndicats et, etc.

Essentiellement, ils ont tourné le prolétariat dans la petite bourgeoisie, les classes moyennes ont augmenté de manière significative , aussi, en particulier dans l’ère post – Seconde Guerre mondiale.  L’État-providence était né en Europe et le monde entier en était mieux.

« Davos homme » pourrait vouloir réfléchir à deux fois avant de renoncer à cette alliance avec le peuple. Donnez-nous un pouce. N’emportez pas tout ce que nous avons acquis depuis la fin de la guerre : ensuite le feu.

Quels sont les choix de Hollande après Villeneuve-sur-Lot?

Le président de la République, François HOLLANDE © Présidence de la République – L. Blevennec

 

L’élection législative partielle pour combler le siège de Jérôme Cahuzac à Villeneuve-sur-Lot domine toute la discussion dans les médias aujourd’hui que l’UMP a battu le Front National de 53,76 à 46,24%.  Il va sans dire l’est un désastre absolu pour le Parti socialiste et probablement un signe avant-coureur de l’oblitération de la partie. Sur son blog French Politics, l’observateur respecté de la scène politique française, Arthur Goldhammer, dit que:

«La forte présence du FN est un avertissement pour les deux parties que le centre ne tient pas … Il n’est jamais sage d’interpréter sur le vote dans toute l’élection, en particulier celui dans lequel le titulaire a été contraint à la démission par le scandale. Mais les résultats créent une inquiétude  que les socialistes ont perdue leur chemin, ayant cessé d’exister en tant que parti et deviennent simplement un porte-parole du gouvernement » (souligné par moi)( traduction de l’anglais par moi).

Je pense Goldhammer est tout à fait correct dans son analyse. Et je voudrais aller plus loin, la classe politique française est devenue une élite consanguine qui a perdu le contact avec les inquiétudes et les intérêts des Français ordinaires. L’UMP et le PS sont considérés par la plupart des Français comme les deux faces d’une même pièce, il n’y a pas de réelles différences idéologiques entre eux et les deux parties sont maintenant complices de profiteurs qui profitent du pouvoir de l’État pour leur propre avantage. Je crois que c’est une grande partie de la raison pour laquelle le FN, qui ne semble pas aussi partie du « club » n’a cessé de croître en force.

Mais une autre partie de la raison pour laquelle le PS semble avoir perdu son chemin a à voir avec la raison pour laquelle Hollande a remporté la présidence. Il a remporté seulement parce qu’il n’était pas Sarkozy. Il a fait campagne contre la politique de Sarkozy et contre les faiblesses personnelles de Sarkozy mais pas contre la politique de Sarkozy. Il n’a offert aucune nouvelle idée, aucune vision et aucun moyen de sortir de la crise économique et politique qui doit relever la France. Peut-être que Hollande a offert un soupçon de changement ici et là mais, en vérité, il n’a rien promis, sauf qu’il n’était pas Sarkozy et il a donc commencé sa présidence comme une ardoise vierge.

Il est regrettable que ni le candidat au second tour de la dernière élection présidentielle avait quelque chose à distance comme une vision pour l’avenir de la France. Sarkozy s’est contenté d’éteindre les petits feux et de regarder le désastre se dérouler comme il passait son wagon à l’étoile de Merkel, qu’il pensait à l’ascendant. Pour sa part, Hollande manque de l’énergie ou de la passion de faire encore tant que ça. Il s’est tout simplement retiré de la discussion sur l’avenir de l’Europe. Il a abdiqué son rôle dans l’établissement du cours de la France. Il ne peut pas se résoudre même d’aborder la pourriture qui est en train de détruire son parti. Quelle petite énergie Hollande possède est consacrée aux sortes de réformes mineures qu’on peut attendre d’un gouverneur colonial, qui est-ce qu’il a décidé que le président de la France devrait être.

Il y a une logique à cela et, plus importante encore, elle exprime une vision du monde qui résonne avec la personnalité de Hollande. La France est incontestablement limitée par des alliances qui étaient autrefois très à son avantage, mais qui ont maintenant évolué en quelque chose de tout à fait différent du traité d’amitié avec l’Allemagne et le Marché commun des nations européennes fondamentales. Le gouvernement français n’a pas sa propre monnaie, les taux d’intérêt contrôlent BCE et la masse monétaire. Des engagements conventionnels pour empêcher la France de mettre en œuvre un véritable programme de relance. Chaque jour, l’austérité sera erronée les économies européennes se retroussent autant que l’activité économique diminue, ce sera aussi la baisse des recettes fiscales pour empêcher même  Hollande de relancer modeste proposition. Oui, bien sûr, ce sont des obstacles sérieux à faire le genre de changements économiques nécessaires pour sortir la France de cette dépression. Mais en reconnaissant qu’un obstacle existe, ce n’est pas la même chose que d’accepter qu’il est insurmontable.  Il y a toujours des choix à faire.

Quels sont les choix de Hollande? Un choix est de continuer à suivre la doctrine de liquidationnisme de Mellon («Liquider le travail, liquider les actions, liquider les agriculteurs, liquider l’immobilier») et se contenter d’attendre que l’économie ait touché le fond. Finalement, la «pourriture» de l’État providence sera purgée, les pauvres vont vivre comme des animaux, les classes moyennes seront détruites et le nouvel ordre féodal sera formé quand les riches auront acheté tout le patrimoine à des prix de liquidation.

Y a-t-il un autre choix?  Oui, Hollande peut choisir de se battre pour un meilleur futur pour la France. Il peut essayer de se libérer des contraintes imposées par l’union monétaire folle. Il peut essayer de rassembler autour de lui les mêmes sentiments que les dirigeants des pays de l’UE qui souffrent également sous l’austérité et qui craignent la renaissance des vieux démons qui a presque détruit l’Europe deux fois auparavant. Seule la France a la stature et la puissance économique de mener un tel mouvement. Hollande doit se battre pour le contrôle de la BCE et des autres institutions de l’UE et, si nécessaire, il doit conduire la France hors de l’Union européenne.

Malheureusement, Hollande a choisi de simplement attendre et voir si le feu va consommer l’Europe ou même s’éteindre avant qu’il puisse détruire tout ce qui a été réalisé en France depuis 1789. Peut-être l’élection à Villeneuve-sur-Lot et la chute brutale de sa popularité vont inviter Hollande à agir. On ne peut qu’espérer que ce soit le cas.

Mais si Hollande ne peut pas se résoudre à faire ce qui est nécessaire, alors peut-être que nous sommes bien en 1789 et, ironie du sort, le peuple de France sera à nouveau confrontés au choix difficile entre la soumission et la révolution sanglante.

 

Il est temps pour la France de quitter l’euro

Theodoric of York, barbier médiévale

Les marchés d’aujourd’hui tombent à nouveau comme une pierre, tout comme l’euro face au dollar et au yen. Quelle surprise!  De toute évidence, les divagations stupides de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) n’impressionnent pas les marchés. Au contraire, tout le monde est maintenant terrifié que les banques centrales soient déterminées à éradiquer tout espoir de prospérité ou même d’une reprise modeste.

Paul Krugman a raison: les banquiers centraux et les dirigeants de la zone euro sont comme des coiffeurs médiévaux qui ne peuvent pas comprendre pourquoi les patients ne s’améliorent pas après la saignée et si elles saignent encore et encore jusqu’à ce qu’ils meurent. Ils ont envoyé des économies déjà faibles dans les toilettes avec de fortes doses d’austérité meurtrière au pire moment possible et semblaient confus quand la demande et la croissance ont diminué au lieu d’être en expansion.

Mais même après avoir vu cette dévastation, les élites ne réévaluent jamais leur doctrine idiote de « l’austérité expansionniste», mais plutôt qu’ils doublent vers le bas. Ils rejettent toute suggestion qui pourrait améliorer la situation économique tels que ceux dans le nouveau livre de Paul Krugman ou même les plus modestes propositions du FMI (ce foyer bien connu de la gauche radicale).

Je le répète: l’adoption de l’euro a été une erreur catastrophique. La BCE et l’Allemagne ont rejeté même les propositions les plus modestes susceptibles de sauver les économies européennes de sitôt, le seul espoir de la France pour sortir de cette dépression rapidement et avec le moins de douleur (qui sera considérable à ce stade, peu importe comment) est pour sortir de l’euro aussi rapidement et efficacement que possible.

Je persiste à croire qu’un pays qui ne contrôle pas sa propre monnaie ne contrôle rien du tout. Rien. Les décisions stupides prises à Francfort et Berlin sont en train de détruire la France et l’Europe. Déjà, nous voyons que les vieux démons de l’extrême droite sont renaissants. Devons-nous attendre pour l’Europe d’être une fois de plus dans les flammes avant de prendre des mesures pour rétablir un semblant de prospérité? La France a besoin de sortir de l’euro tant qu’il est encore temps.

La Fée De La Confiance Ne Trouve Tourjours Pas L’irlande

 

Dublin, Irlande. 9th février 2013 – Unite Against Austerity (Unissons-nous contre l’austérité) bannière tenue par les membres d’UNITÉ lors de la manifestation © Nazrie Abu Seman/Demotix/Corbis

Une petite mise à jour sur ma précédente discussion sur l’Irlande. Donc, ce tableau de Paul Krugman montre très clairement que la fée de la confiance ne peut toujours pas trouver l’Irlande et ne le fera probablement jamais jusqu’à ce qu’il soit trop tard. La grande récupération promise par « des gens très sérieux» qui conduisent l’UE et qui eux-mêmes plaisir  à Davos chaque année n’est pas encore arrivé, même si l’Irlande a adopté les mesures d’austérité qui serait soi-disant pour «améliorer la confiance» et ainsi conduire à une croissance économique extraordinaire.

La preuve est l’écrasante majorité claire: la doctrine de «l’austérité expansionniste» est maintenant prouvée hors de question d’être fausse. Quand les dirigeants de l’Europe et de l’Amérique reconnaîtront cette vérité évidente et changeront de cap?

 

En outre, au cas où quelqu’un oublie, c’est peut-être un bon moment pour rappeler également que la fée de la confiance ne veut rien avoir à faire avec l’Angleterre, non plus. En effet, comme nous le voyons, l’économie anglaise est tourbillonnante autour de la cuvette des toilettes et le tissu même de l’Angleterre en tant que société civile est en train de se défaire. Juste un bref rappel de pourquoi c’est toujours une erreur d’élire le parti de Margaret Thatcher, la mauvaise sorcière de l’ouest.