Un question en ce qui concerne l’affaire DSK

21 fevrier 2012, L’Hotel Carlton de Lille (EPA/IAN LANGSDON — Image by © IAN LANGSDON/epa/Corbis)

J’étais surpris de lire que DSK a été inculpé en particulier parce que nous n’avons rien entendu de la preuve qu’il a profité des activités des différentes prostituées qu’il fréquentait.  Étant donné qu’il y a eu un déluge de fuites dans cette affaire, on suppose que si cette preuve existait il faudrait lire à la une du Figaro et Aujourd’hui en France depuis longtemps.

S’il n’y pas d’évidence que DSK a touché de l’argent résultant d’activités contraires à la morale, comment peut-il être juridiquement reconnu coupable d’être un proxénète?  Mais surement,  une telle évidence fait le cœur de crime de proxénète aggravé. 

En outre, il peut sûrement pas être vrai que par simplement «diriger les activités des prostituées »  fait un proxénète si cette personne est un client qui reçoit les services des prostituées?  Sans être trop  graphique, la relation entre la prostituée et le client implique, par sa nature, que la prostituée est « dirigée » dans beaucoup de choses par le client.   C’est souvent le point de l’ensemble de l’embauche d’une prostituée à la place de séduire une femme.

Mon point est que quand les juges, en mettant l’accent sur le rôle à DSK communiquer ses besoins tout en ignorant la question de savoir qui paie et qui reçoit de l’argent, brouillent la ligne entre faire le maquereau et la simple communication des goûts ou des préférences par un client.  Les faits apparemment pointés par les juges comme « établissant son rôle » ayant une signification sont tous normalement compris comme activités typiques des clients mais pas les activités typiques des proxénètes.  

Par exemple, si je dis à un vendeur de glace le goût glace que je veux, je le dirige, donc, il est brai que, dans un certain bizarre sens, je le diriger dans ses ventes de crème glacée mais sûrement , il est évident que je reste un acheteur de crème glacée et non le gestionnaire du magasin de crème glacée. 

Ce que les juges oublient, c’est la question de savoir « qui profite ».  Le point qui distingue l’acheteur de crème glacée du vendeur cela : l’acheteur paie et reçoit une boule de glace, tandis que le vendeur reçoit l’argent.  De même, c’est avec DSK, qui est libre de choisir parmi les plaisirs offerts.  DSK peut et doit décrire quelques plaisirs dont il souhaite profiter mais, en fin de compte, c’est lui qui doit payer pour ces plaisirs.  Tout comme vous, je dois payer pour notre boule de crème glacée.  C’est la nature même de toutes ces activités.

Ainsi, l’analyse traditionnelle identifie les flux d’argent comme l’essence de proxénétisme aggrave.  Celui qui paie est le client.  Celui qui tire le profit est le maquereau.  Toujours

Pour être sûr, le comportement de DSK avec ces prostituées pourrait être moralement offensant pour beaucoup de gens (comme ce fut évidemment le cas avec ces juges) mais ce cas ne semble désormais impliquer un certain flou grave de ce qui était autrefois des lignes bien définies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s