Qui profite plus le plus des mensonges de Taubira?

Ministre de la Justice Christiane Taubira et ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 26 Novembre 2012. © PIERRE MURATI / Reuters / Corbis
Ministre de la Justice Christiane Taubira et ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le 26 Novembre 2012. © PIERRE MURATI / Reuters / Corbis

Sur son excellent blog « French Politics » Art Goldhammer fournit une analyse et d’excellentes liaisons pour expliquer le scandale mineur du mensonge de Christiane Taubira d’avoir été informée de l’écoute électronique de Sarkozy par la police. Il conclut que le seul gagnant est MLP et le FN. Pour moi, je pense que ce n’est que partiellement vrai. Même si je suis d’accord que le FN va profiter du propre but de Taubira, je pense que le principal gagnant sera Sarkozy.

Ce n’est certainement pas une preuve de plus, s’il en était besoin, que Hollande et ses ministres sont (comme on dit en Amérique) un « spectacle de clowns ». Taubira, en particulier, est une idiote. Sûrement une simple déclaration qu’il serait inapproprié pour le ministre de la Justice de parler de l’enquête en cours aurait suffi.  Si elle voulait dire plus, peut-être « la plume » récemment engagée par Hollande, Monsieur Evil, aurait conçu quelque chose le long des lignes de « oui, en tant que ministre de la Justice, on m’a parlé de l’existence de ces écoutes téléphoniques. Naturellement, je n’ai pas parlé de leur contenu ou interféré dans l’enquête en aucune façon. C’est une affaire sérieuse qui transcende toutes les questions de la politique, en la matière de mon devoir est de la France et la politique ne doit jamais interférer ». Une telle déclaration aurait certainement suffi. Mais non. Taubira a menti, comme l’ont fait d’autres dans l’administration Hollande. Pour aucune bonne raison que je peux voir.

Pour être certain, Hollande et sa bande de clowns sont de plus en plus discréditées et, en effet, M. Goldhammer a raison que le FN en profitera, mais probablement pas beaucoup. Pour moi, je pense que Sarkozy est le grand gagnant. Il y aura une controverse sur la légitimité de l’enquête judiciaire indépendante. Profondément enfonce dans ce qui semble être des crimes graves et, de fait, des crimes contre l’ État lui-même comme la corruption apparente d’un juge sera brouillée. Donc, Sarkozy est peut-être un peu mieux politiquement qu’auparavant Taubira a menti.

En ce qui concerne l’effet sur le PS . Cette affaire n’aura probablement pas d’ effet sur le PS . Ils ont déjà touché le fond . Franchement , je pense qu’il est très peu, peut-être rien, que la direction du PS pourrait faire pour se réduire encore dans l’estime de la population française. En fin de compte un second mandat pour Hollande dépendra entièrement de lui étant le moindre mal dans le choix binaire forcé du second tour (en supposant qu’il arrive au deuxième tour, qui est tous les jours semble de plus en plus aléatoire ).

Mon évaluation est que MLP est le seul adversaire concevable qu’il pourrait être en mesure de battre et seulement si le FN reste donc inacceptable que Hollande peut devenir le bénéficiaire d’un autre front républicain comme ce fut le cas en 2002 . S’il n’y a pas front républicain , Hollande sera probablement battue par MLP au second tour . Ce serait si catastrophique pour la France que je ne comprends pas pourquoi Hollande et ses principaux ministres ne quittent pas la vie publique et permettent au PS de choisir un meilleur candidat pour représenter la gauche .

Car, MLP , je pense que c’est en fait un « match nul ».  D’une part, plus l’incompétence et la promotion de l’austérité par Hollande va rebondir fortement en sa faveur. De même, toute la confusion et les luttes intestines dans les autres partis ne peuvent augmenter la volonté des électeurs de prendre une chance sur le FN parce qu’il est, inexplicablement, le seul grand parti politique dont les politiques économiques ne sont pas fondées sur liquidationism. Prendre la France de l’ euro n’est pas seulement une bonne idée, mais gagne en popularité.

D’autre part, selon la façon dont il se positionne avant le premier tour , je pense que Sarkozy est clairement l’adversaire le plus redoutable contre MLP au second tour . Il pourrait sans doute commencer à faire amende honorable pour légitimer le FN et élargir son soutien en promettant son soutien à un front républicain quand il annonce sa candidature. Il a le plus d’espace pour courir à la gauche, comme seul Nixon a pu aller en Chine. Si l’UMP arrive au deuxième tour, c’est le moindre mal parmi un mauvais gang.

Il est étonnant que nous n’ayons pas eu une révolte sérieuse entre les racines du PS et la deuxième direction de palier . Comment un parti de gauche peut prendre l’avertissement de Mellon à  «liquider travail , liquider les stocks , liquider les agriculteurs, liquider l’immobilier …» comme un modèle pour ses politiques économiques dans un moment de dépression ?

« Davos Man » verra le monde brûler avant de céder un pouce au peuple

 

27 janvier 2010, Thessalonique, Grèce --- policiers antiémeutes signalent l'autre dans la fumée des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation anti-gouvernement à Thessalonique le 5 septembre 2009 (© GRIGORIS SIAMIDIS / Reuters)
27 janvier 2010, Thessalonique, Grèce — policiers antiémeutes signalent l’autre dans la fumée des gaz lacrymogènes lors d’une manifestation anti-gouvernement à Thessalonique le 5 septembre 2009 (© GRIGORIS SIAMIDIS / Reuters)

Pauvre homme veut être riche, riche homme veut être roi et un roi n’est pas satisfait jusqu’à ce qu’il règne tout.

Bruce Springsteen, Badlands (1978)

 

Art Goldhammer attire l’attention sur certains nouveaux sondages très alarmants sur la situation politique en France. Par coïncidence, les sondages coïncident avec la réunion annuelle de ploutocrates et oligarques qui se plaisent en gaspillant l’argent des autres dans l’opulence de Davos, en Suisse. Chaque année, nous voyons que ces élites mondiales sont de plus en plus hors de contact avec le peuple.  Je me demande si ces sondages, qui touchent à des questions qui sont devenues des thèmes réguliers sur ce blog, entraîne « Davos Man » de reconsidérer le cours périlleux qu’il a suivi.  Quant à moi, je ne vois aucune raison d’espérer que la tendance de Davos Man à ne pas être conscients du sort des simples mortels se faiblira de sitôt, et certainement pas avant que l’Europe et l’Amérique soient en flammes.

Vraiment ce que je pense que nous voyons reflétés dans ces sondages sont les mêmes pressions pour des réformes économiques et politiques que nous avons vu construire dans le passé, par exemple, juste avant à l’époque progressiste aux États-Unis et de l’époque de la Réforme en Angleterre.  Voici des exemples des élites qui font des compromis à bon escient et parviennent à un consensus avec le peuple pour dissiper les pressions révolutionnaires qui menaçaient de déchirer leurs sociétés de l’intérieur. Les révolutions sanglantes en France et en Russie, en revanche, sont des exemples de ce qui peut arriver quand les élites sont intransigeantes et poursuivent des politiques dangereuses.

Apparemment, « Davos Man» est allègrement sans se soucier du risque que la société européenne soit dans une période prérévolutionnaire parce qu’il croit évidemment qu’il régnera suprême dans la contre-utopie Hobbesien qui serait sûrement suivi à l’effondrement de l’ état ​​de bien-être social. Peut-être, mais encore une fois , peut-être de « Davos homme » devrait être dégrisé en réfléchissant sur les rivières de sang qui ont emporté la noblesse française et russe qui se croyait  invincible.

Je pense que la montée de l’ État-providence était, en quelque sorte, quelque chose d’une alliance entre les élites et le peuple tout comme l’alliance de Dieu avec Noé (« Dieu a donné á Noé le signe de l’arc-en-ciel, pas plus d’eau le feu la prochaine fois » ).  En effet, l’Europe et l’Amérique ont évité les révolutions prévues par Karl Marx en acceptant de modérer les pires excès du laissez-faire par la réglementation et la hausse des syndicats et, etc.

Essentiellement, ils ont tourné le prolétariat dans la petite bourgeoisie, les classes moyennes ont augmenté de manière significative , aussi, en particulier dans l’ère post – Seconde Guerre mondiale.  L’État-providence était né en Europe et le monde entier en était mieux.

« Davos homme » pourrait vouloir réfléchir à deux fois avant de renoncer à cette alliance avec le peuple. Donnez-nous un pouce. N’emportez pas tout ce que nous avons acquis depuis la fin de la guerre : ensuite le feu.

Sont nous dans un temps prérévolution?

Une exécution capitale, place de la Révolution. Pierre-Antoine Demachy. Copyright © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Événements en Grèce s’est aggravée aujourd’hui. J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps sur des événements qu’il et j’ai aussi pensé à différentes «occuper» les mouvements dans les États-Unis et L’Europe.  Je me pose sont tout simplement ce mouvement phénomène éphémère, destiné à s’estompent rapidement dans le néant ou sont-ils peut-être les signes et les présages de quelque chose d’un bouleversement plus large et plus profond social. Je vois que je ne suis pas la seule personne à qui de telles pensées ont eu lieu. En effet, sur son excellent blog politique français, Arthur Goldhammer soulève cette question et dirige l’attention sur un commentaire le plus intéressant par Jean-Clément Martin, qui est l’un des historiens de premier de la Révolution française.   Monsieur Martin considère la possibilité que nous soyons en une situation de «pré-Révolution ».

Je suis intéressé à cette possibilité, car ce serait peut-être lié à autre domaine de la politique sur lequel j’ai récemment pensé.  Je me demande pourquoi il n’a pas le changement révolutionnaire dans les pays industrialisés d’Europe et aux États-Unis.  Surement, par exemple, les conditions étaient mûres entre 1893 et 1897 à la fin « l’âge d’or »  aux États-Unis d’Amérique pour la révolution sanglante.  Vraiment, les conditions les deux ici et en Europe ont été caractérisé par Karl Marx et les autres.  La question est pourquoi ?

Comme je donne à cette question une certaine pensée, je commence à développer quelques idées. Ce sont des pensées rudimentaires et sont de peu de valeur, car ils sont très rugueux et informes au moment. Néanmoins, je vu l’entente sociale qui a commencée à émerger aux États-Unis avec la victoire du Republican William Mckinley, avant le début de l’Époque progressive. Les problèmes d’inégalité et de la colère à leur sujet ont été très profonds. La plupart des gens étaient très en colère, effrayés et prêts à envisager toutes les mesures nécessaires pour prendre le pouvoir des superriches et de créer une petite mesure de l’égalité sociale. Si jamais il y avait un moment pour une révolution sanglante ce fut le temps. Mais, il ne s’est pas produit. Pourquoi ?

Il y a sans doute beaucoup de raisons, mais vraiment un facteur très important a été l’entente sociale et informelle de l’époque progressiste qui traitent les griefs des deux la classe ouvrière et des classes moyennes de plus en plus.  En effet, les reformes désamorcent la colère des classes moyennes en reduisant considérablement la quantité les superriches pourrait voler à partir des classes moyennes.  Les reformes ont également réduit le degré de corruption rampante dans les classes politiques et juridiques.  En outre, il y avait un sentiment que « le système » serait plus équitable, plus généralement.

La colère et les plaintes de la classe ouvrière ont été également abordées.   Qu’est-ce qui fait pour le prolétariat ? Ils ont été liquidés en étant dans la petite bourgeoisie.  L’Occident ont vaincre le marxisme avec tout confort moderne, avec les vacances et toutes les choses gagnées pour les travailleurs par les syndicats de travailleurs.  Et aussi, très important, avec la promesse de justice sociale croissante et la possibilité de mobilité sociale vers le haut pour leurs enfants et les enfants de leurs enfants et ainsi de suite.

Alors, ce fut le pacte social qui a empêché la révolution à la fin de «l’âge dore » et qui a atteint (peut-être) les plus haut point en d’Europe occidentale et au Canada.  L’analyse des États-Unis est fondamentalement la même, mais il est à regretter que le filet de sécurité sociale là ne fût pas aussi complet.

Je ne suis pas le seul à remarquer que les réformes politiques, sociales et économiques sont en train de s’inverser et l’entente sociale s’est défaite. Les gains des travailleurs et des classes moyennes sont inversés de sorte qu’il n’y aura que deux classes. Le processus de l’époque progressive et la reforme est inversé et les travailleurs retournés aux prolétariats et la classe moyenne détruite et transformée en prolétariat.   C’est peut-être l’ironie ultime que l’avidité des superriches de l’argent et le pouvoir rend les conditions que Marx a dit les préalables pour la révolution qu’il prévoyait. Comme je suis un progressiste et pas un communiste, je dois considérer cet acte d’auto-destruction par les riches comme la plus grande tragédie

Ces héritiers des « barons voleurs » originaux me rappellent des grands fous de l’Ancien Régime, qui après avoir été remis au pouvoir procédant à se détruire eux-mêmes avec leurs insatiables et mesquines luxures de vengeance et leur incapacité de comprendre comment la Révolution a changé à jamais la France.  Comme dit Talleyrand : « ils n’ont rien appris, ni rien oublié ».  [1]

Nous sommes d’une manière ou d’un autre revenu à l’âge d’or ainsi nous pourrions combattre à nouveau les grandes batailles contre ceux que Theodore Roosevelt a appelé « les malfaiteurs d’une grande richesse ». La colère se renverse dans les rues. C’est le mouvement « occuper Wall Street »  aux États-Unis et en Espagne il y a  des « indignados ». Il y a Le Printemps arabe. Même à Paris, aussi. Peut-être ces protestataires peuvent conserver les réformes des époques progressives et d’après-guerre qui ont fait l’Occident une puissance économique et la source de la justice sociale et une meilleure vie pour beaucoup de gens. On ne peut qu’espérer.


[1] Bien que, en toute équité, le roi Juan Carlos, qui je pense soit le dernier des rois de la maison de Bourbon a été un excellent roi et sage pour l’Espagne. Sans doute, il a été un meilleur roi pour l’Espagne que les dirigeants élus de l’Espagne, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont été pour leur pays. Manifestement, les Européens n’ont pas choisi leurs dirigeants judicieusement. Il est une cruelle ironie que le président républicain de la France semble stupide et mesquin en comparaison avec un roi Bourbon.